Menu Fermer

Un, deux, trois, piano
N’est plus un jeu d’enfant
La vie lui a appris
Les sonates incomprises
Dont elle connait le prix
Ces heures passées seule

À pleurer son courage
Pressentir la musique
D’une âme fusionnelle
Requiem des douleurs
Les larmes de son corsage
Glisseront sur les touches
Ses doigts s’animeront
Tremblants et passionnés
Ravivant à jamais
Le désir d’exister
D’attendre et espérer


Un jour, un jour peut-être
Un jour certainement
La salle suspendra tous ses applaudissements
Le piano résonnera son silence
L’artiste se tournera
Puis elle se lèvera
Marchera lentement jusqu’au bord de la scène
Saluera les gens
Dévoilant sa beauté
Troublante, si troublante
Un homme ce soir n’est plus
Car une femme est née
L’amour et la musique
La feront exister.

© Ludiane de Brocéliande

Extrait de : J’irai toucher ton âme

  • 14
  •  
  •  
  • 10
  •  
  •  
  •  
  •  
Posted in Poésie engagée

Articles similaires

Laisser un commentaire