Menu Fermer

Version EBOOK, ici !!

Pour les amis des animaux  … ou pas !

Les animaux ne sont pas des bêtes

Interview par téléphone :

Présentez-nous votre ouvrage

Cet ouvrage s’ouvre tout d’abord sur le rappel de la Déclaration universelle des droits de l’animal proclamée en 1978 à la Maison de l’Unesco. Puis il donne la parole aux animaux eux-mêmes sous forme de petits récits, de poésies, chacun accompagné d’illustrations, qui racontent des expériences toutes très différentes décrivant leurs rapports avec les hommes. L’on découvre ainsi la vie de Tom, matou gentiment recueilli, maltraité par la vie et lentement apprivoisé. Ou encore Mademoiselle Vodka, petite chatte adoptée qui fait le bonheur de ses maîtres mais qui un soir ne rentre pas. Les recherches sont lancées et Vodka est heureusement sauvée in extremis. Et un malheureux toutou qui regarde avec infiniment de tristesse partir son maître dans une grande voiture noire recouverte de gerbes de fleurs. Le travail des chiens d’aveugles ou du GIGN, mais également la chasse, le gavage des oies, la fourrure et autres pratiques sont également évoqués. Enfin la partie intitulée « Les animaux ne sont pas des bêtes » est un sévère rappel de ce que les hommes font subir aux animaux.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Depuis mon enfance, j’ai toujours entretenu des relations privilégiées avec les animaux sans discrimination de race ou d’espèce. J’ai vécu -et vis toujours- parmi eux, avec eux. Ceux qui partagent ma vie ont été sortis de l’enfer. Les animaux n’ont pas la parole et par l’intermédiaire de ce livre, j’ai voulu leur donner. L’exploitation que l’humain fait d’eux à des fins mercantiles, les violences et maltraitances de tous ordres doivent être dénoncées et sévèrement punies. L’humain s’est décrété supérieur à l’animal et use de ce qualificatif pour l’utiliser à ses propres avantages. Or, les animaux ne sont pas des bêtes. Combien nous sauvent d’une solitude insupportable ? D’une catastrophe naturelle, d’un accident, d’un attentat ? Savez-vous d’où proviennent les petits chiens de race vendus à bas prix et dans quelles conditions leur mère a mis bas ? Que ressent un poney de foire qui passe sa vie à tourner en rond ? Pourquoi certains enfants refusent-ils de manger de la viande ? Et nos fidèles compagnons, vivants ou disparus, m’inspirent des poèmes émouvants.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage s’adresse à tous. Aussi bien ceux qui aiment les animaux que ceux qui ne les aiment pas et les font souffrir ou les abandonnent. Il devrait faire partie de tout établissement en rapport avec l’éducation, le bien-être animal. Qu’il soit disponible chez les vétérinaires et dans les refuges animaliers afin d’informer les adultes et répondre aux nombreuses questions des enfants me semble une nécessité. Quelques images peuvent heurter la sensibilité mais c’est bien moins que les animaux qui, eux, subissent les violences, tortures et autres maltraitances abordées dans ce livre.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

La Déclaration Universelle des Droits de l’Animal représente une avancée vers la reconnaissance. Mais la réalité en est bien éloignée ! Abandons, mutilations, exploitations, abattages, chasse, élevages clandestins, expérimentations en laboratoire, exhibitions dans les cirques, les zoos, capture d’animaux sauvages… Certes, l’on édite des lois et les rares coupables identifiés sont parfois condamnés. C’est injuste et ça doit se savoir. Laisseriez-vous emmener votre enfant à l’abattoir sans rien dire ? Les vaches meuglent désespérément, ce sont des mamans !  Renforcer les contrôles et obliger les particuliers à prendre soin de leurs animaux domestiques, les identifier et stériliser les chats afin d’éviter la prolifération et les milliers d’abandons !

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans la vie de tous les jours. Dans l’amour que j’ai pour eux. Dans la confiance qu’ils m’accordent. Dans les larmes de leurs yeux et les gouttes de leur sang.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

L’éventail est assez large. Poète, nouvelliste, écrivain … J’écris selon mon inspiration déhanchée, mes convictions, avec mes tripes et mon imagination aussi. Le fil rouge : l’Amour avec un grand « A » dans toutes les acceptions du terme. Je vais développer des versions Ebook et audio de mes ouvrages. J’attends aussi les suggestions de mes lecteurs. Le 20 octobre prochain sortira mon prochain livre intitulé : « Lettre ouverte aux petits bourgeois ». Un pamphlet portant sur l’actualité, après poèmes et romans…

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Je voudrais rendre hommage aux âmes oubliées, à celles et ceux qui souffrent sans rien dire parce qu’ils ne trouvent plus les mots et que personne ne les écoute vraiment. J’accueillerai avec grand plaisir sur mon site internet : www.ludianedebroceliande.net et sur ma page Facebook : Les animaux ne sont pas des bêtes celles et ceux qui ont envie de me découvrir et de suivre mon parcours et l’actualité.

Enfin, je remercie mes parents, mon époux, mon fils et tous mes proches, tous les animaux qui m’accordent leur confiance pour leur soutien indéfectible.

Déclaration universelle des droits de l’animal

Proclamée solennellement à Paris le 15 octobre 1978 à la Maison de l’Unesco

La fondation droit animal, Éthique et sciences

Préambule

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s’étant différenciés au cours de l’évolution des espèces,

Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d’un système nerveux possède des droits particuliers,

Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l’homme à commettre des crimes envers les animaux,

Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l’espèce humaine du droit à l’existence des autres espèces animales,

Considérant que le respect des animaux par l’homme est inséparable du respect des hommes entre eux,

IL EST PROCLAMÉ CE QUI SUIT :

Article premier

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2

Toute vie animale a droit au respect.

Article 3

  1. Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.
  2. Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse.
  3. L’animal mort doit être traité avec décence.

Article 4

  1. L’animal sauvage a le droit de vivre libre dans son milieu naturel, et de s’y reproduire.
  2. La privation prolongée de sa liberté, la chasse et la pêche de loisir, ainsi que toute utilisation de l’animal sauvage à d’autres fins que vitales, sont contraires à ce droit.

Article 5

  1. L’animal que l’homme tient sous sa dépendance a droit à un entretien et à des soins attentifs.
  2. Il ne doit en aucun cas être abandonné, ou mis à mort de manière injustifiée.
  3. Toutes les formes d’élevage et d’utilisation de l’animal doivent respecter la physiologie et le comportement propres à l’espèce.
  4. Les exhibitions, les spectacles, les films utilisant des animaux doivent aussi respecter leur dignité et ne comporter aucune violence.

Article 6

  1. L’expérimentation sur l’animal impliquant une souffrance physique ou psychique viole les droits de l’animal.
  2. Les méthodes de remplacement doivent être développées et systématiquement mises en œuvre.

Article 7

Tout acte impliquant sans nécessité la mort d’un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

Article 8

  1. Tout acte compromettant la survie d’une espèce sauvage et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c’est-à-dire un crime contre l’espèce.
  2. Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction du biotope sont des génocides.

Article 9

  1. La personnalité juridique de l’animal et ses droits doivent être reconnus par la loi.
  2. La défense et la sauvegarde de l’animal doivent avoir des représentants au sein des organismes gouvernementaux.

 Article 10

L’éducation et l’instruction publique doivent conduire l’homme, dès son enfance, à observer, à comprendre et à respecter les animaux.

 

 

 

Pour les amis des animaux  … ou pas !

 

contactez-moi

Partagez sans hésiter !